COMMENT DÉTECTER LE PERVERS NARCISSIQUE ?

En amitié, en amour, en famille, au travail, le pervers narcissique sévit dans tous les types de relations et dans tous les milieux. Ce phénomène est tout autant féminin que masculin même si les études tendent à montrer que son visage est plus souvent celui d’un homme.

Entretenir une relation avec un(e) pervers narcissique peut porter atteinte à la santé physique et psychologique.

Depuis plusieurs années, les sociologues et les psychologues ont réussi à définir des traits de caractère du pervers narcissique. Dans cet article, nous vous expliquons comment le PN est né et qui il est.

Le pervers narcissique devenu phénomène de société

Les valeurs ont muté. Nous constatons que notre société moderne est essentiellement fondée sur la rentabilité, l’efficacité et le chacun pour soi. A une époque où l’insécurité, les crises sociales et financières sont à un niveau élevé, les valeurs comme l’altérité, la conscience et l’amour ont perdu de leur noblesse.

Les sociologues Christopher LaschGilles Lipovetski et Dominique Barbier,  ont démontré au travers de leurs études que la mutation de la société en société de sur-consommation avait modifié le comportement de l’homme en un simple consommateur potentiel dans toutes ses activités quotidiennes.

En amour, les sites de rencontre en ligne vous poussent à vous exhiber pour mieux séduire et vous font la promesse d’un bonheur parfait à portée de souris. Dans les phénomènes sociaux, les émissions de téléréalité récompensent la manipulation et le narcissisme. Dans le milieu du travail, les ressources humaines ont perdu toute humanité par la stigmatisation du salarié et cette politique de toujours en demander plus.

Dans une société qui ne cesse de flatter notre ego, de nous séduire, et à l’ère de l’enfant-roi, l’autorité est mise à mal. Celle du père, de l’école, des institutions. Adulte, l’enfant-roi perd ses repères,  devient capricieux et narcissique avec la nécessité forte de satisfaire ses besoins immédiatement. Pour avancer et grimper l’échelle sociale, il faut briller, séduire, manipuler.

La perversion se met en place lorsque nous élisons ceux qui nous ont manipulés, séduits. La société créé les conditions optimales pour que le pervers narcissique s’y épanouisse.

Qui est-il ?

Nous comprenons mieux maintenant l’émergence de ce phénomène. Selon Dominique Barbier, les pervers narcissiques représenteraient 10% de la population. 10% d’individus en mal affectif et émotionnel qui cherchent à combler ce vide en se nourrissant des autres.

Pour mieux l’appréhender, essayons de comprendre qui il est et quel est son profil.

Avant tout, le pervers narcissique est un séducteur. Grâce à sa maîtrise du langage, il parvient aisément à séduire et attirer la sympathie de ses victimes. Assuré de sa conquête, le PN, totalement dénué d’empathie et indifférent aux désirs de l’autre, joue avec le baromètre émotionnel de sa victime en alternant le chaud et le froid. Ne sachant où donner de la tête et souvent isolée des autres, la victime subit pleinement l’emprise du PN qui justifie d’autant plus sa présence et sa nécessité.

En public, le PN, totalement obsédé par son image sociale, va toujours se montrer sous son meilleur profil et saura renvoyer une image positive de lui, de telle sorte que même absent, il saura faire parler de lui, ce qui lui apportera une grande satisfaction, voire une nécessité. Il joue un double jeu et peut s’avérer machiavélique dans l’intimité.

Jaloux maladif, il se nourrit de la tristesse de sa victime et ne supporte pas le bonheur de l’autre. Seule sa personne compte, l’autre n’est qu’objet.

Au contact du PN, la victime perd peu à peu confiance en elle, doute de sa valeur, de ses capacités, « ne sait plus où elle habite »  et devient l’objet de son bourreau.

Comment s’en sortir une fois pris dans ses filets ?  

La victime peut mettre du temps à prendre conscience que la relation dans laquelle elle se trouve est toxique et dangereuse. Sous emprise, elle est dans une émotion contradictoire : elle souffre mais n’arrive pas à partir. Elle ira même jusqu’à essayer de sauver le PN de ses tourmentes, voire jusqu’à s’engager en se mariant ou en faisant un enfant. Or l’amour ne doit pas être une souffrance.

Pour sortir de cette emprise malveillante, il faut devenir acteur de la situation. En admettant que celle-ci ne changera pas, la victime va cesser de culpabiliser et de se justifier. En adoptant une posture indifférente aux critiques, le PN sera forcé de s’éloigner car il ne se nourrit que des émotions négatives.

Même si le terme de pervers narcissique est de plus en plus répandu, il est difficile de concevoir que cela puisse nous arriver. Souvent très fragile, il est conseillé d’amener progressivement la victime à prendre conscience de sa situation en soulignant des actes ou des paroles du PN.

Ce type de rencontre est véritablement destructeur et laisse des séquelles. Après un tel traumatisme, il est vital de prendre le temps de se reconstruire en étant bien accompagnée et bien entourée.

Crédit photos : freepik